Mon panier :
0 article

Matériel médical professionnel

Incontinence urinaire : Le guide conseil diagnostic et traitement

Je découvre les conseils incontinence

Bastide Le Confort Médical, le spécialiste de l’incontinence urinaire, vous propose à travers sa page conseil un guide des bonnes pratiques pour mieux vivre avec son incontinence. Retrouvez un guide complet qui vous permettra de mieux choisir vos protections pour incontinence et d’appliquer les bonnes méthodes pour avoir une hygiène corporelle saine et préserver votre barrière cutanée.

L’incontinence urinaire en quelques mots

Pour mieux comprendre l’incontinence voici quelques définitions qui vous permettront de mieux comprendre cette pathologie.

Qu’est-ce que la continence ?

C’est garder la maîtrise de sa miction, c’est-à-dire, pouvoir uriner quand on l’a décidé.

Qu’est-ce que l’incontinence ?

C’est la perte d’urine involontaire, qui survient en dehors des mictions. L’incontinence est la conséquence de l’altération d’un ou plusieurs des mécanismes intervenant lors de la miction.

Comment se traduit-elle au quotidien ?

Les troubles mixtes ou urinaires peuvent avoir des conséquences psychologiques et sociales. Voici quelques exemples de témoignages exprimés par des personnes incontinentes :

  • La crainte d’arriver trop tard aux toilettes
  • Une gêne et des irritations désagréables
  • L’appréhension « d’être mouillé »
  • La peur de sentir mauvais
  • Un sentiment de honte
  • Un manque de confiance en soi
  • Une perte de temps, des lavages, des changes,
  • La crainte d’indisposer l’entourage
  • Une dévalorisation avec repli sur soi et un risque d’isolement.

Particularités épidémiologiques de l’incontinence urinaire

L’incontinence urinaire touche plus particulièrement les femmes, mais pas seulement. En France, plus de 3,5 millions de personnes souffrent de cette pathologie. L’incontinence est une préoccupation qui affecte tous les âges de la vie, mais la grande majorité des personnes incontinentes le deviennent après 65 ans.

Pour résumer :

  • L’incontinence est une préoccupation qui affecte tous les âges de la vie
  • Pathologie principalement féminine
  • 3,5 millions de personnes incontinentes en France
  • 1 femme sur 5 après 65 ans

Les facteurs favorisants l’incontinence urinaire

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine des troubles urinaires. Il est important de les connaitre afin de choisir la solution la plus adaptée. En voici quelques exemples :

  • Infections urinaires répétées
  • Iatrogénie (conséquences néfastes sur l'état de santé individuel ou collectif de tout acte ou mesure pratiquée ou prescrit par un professionnel de santé habilité et qui vise à préserver, améliorer ou rétablir la santé.)
  • Fécalome
  • État confusionnel
  • Dépendance physique
  • Déficit cognitif

Les différents types d’incontinence

Plusieurs types d’incontinence existent. Apprendre à connaitre son incontinence c’est choisir une solution adaptée pour améliorer son quotidien.

L’incontinence d’effort

Le périnée et le sphincter maintiennent fermée la vessie et empêche naturellement les écoulements d’urine. Si ces derniers n’assurent plus ou dans de moindres mesures leurs fonctions, certaines pressions abdominales, provoquées par  la toux, le rire ou un effort physique, pourront occasionner des fuites.  

L’incontinence par impériosité (fuites involontaires)

L’incontinence par impériosité correspond à une contraction anormale de la vessie pendant son remplissage. Le sphincter ne peut résister à la pression de la vessie, ce qui entraine des fuites urinaires.

L’incontinence par regorgement (perturbation du fonctionnement de la vessie)

L’incontinence par regorgement est la forme la plus fréquente chez l’homme, souvent due à une perturbation de la fonction d’évacuation de la vessie. La vessie engendre un trop plein qui affaiblit le muscle vésical.

L’incontinence relative à une affection neurologique

Certaines pathologies neurologiques peuvent altérer le contrôle du périnée ou du sphincter et engendrer des mictions involontaires.

Quelques rappels

  • Quantité totale d’urine produite par 24 H = 1.500ml
  • Évacuation en 4 à 5 mictions, se déclenchant à la demande et en principe indolore
  • Vessie remplie d’environ 200 ml = 1er besoin d’uriner
  • Dès 350 ml = 2ème besoin
  • Au-delà, il devient difficile de se retenir

Une bonne miction dépend des facteurs suivants :

  • Un  système  de  transmission  intact   :   toute   altération ou maladie du système nerveux a une incidence sur la continence
  • Une vessie normale de capacité suffisante
  • Un bon équilibre entre la pression d’expulsion  exercée par la vessie, et celle de retenue exercée par l’urètre et les sphincters
  • Une bonne tonicité musculaire.

Comment choisir sa protection urinaire ?

Pour bien choisir sa protection urinaire il est important de se poser les bonnes questions. Comme nous avons pu le voir précédemment, plusieurs facteurs peuvent provoquer des troubles urinaires. Votre protection pour incontinence doit s’adapter à 6 critères :

  • Votre taille
  • Votre poids
  • A l’absorption souhaitée
  • Votre pathologie
  • Votre capacité à vous mouvoir
  • A votre traitement et à ses effets

Afin de vous aiguiller dans votre choix voici un exemple de calendrier mictionnelle qui pourra vous aider à choisir votre protection pour incontinence.

Je découvre les changes complets

Respectez le protocole d’hygiène

Les protections absorbantes pour incontinence ont vocation à améliorer l’hygiène et le confort. Que vous utilisiez des changes complets, des changes anatomiques ou  des slips absorbants, voici quelques règles à respecter pour réaliser un change correct.

  1. Pensez à faire preuve de délicatesse lors de la mise en place afin de limiter les problèmes de rougeurs et d’irritations de la peau.
  2. Nous vous rappelons qu’il ne faut jamais secouer la protection lors sa mise en place, ni modifier sa structure.
  3. Afin de préserver votre barrière cutanée, nous vous recommandons d’utiliser pour la toilette intime un gant de toilette à usage unique et  d’appliquer ensuite une crème hydratante.

Préserver sa peau

L’incontinence urinaire peut mettre à rude épreuve notre barrière cutanée et provoquer des rougeurs, des gerçures ou des lésions. Si des problèmes cutanés apparaissent :

  • Observer les lésions (nature, siège)
  • Vérifier  la  bonne  adaptation  du  type  de  change  et  son positionnement
  • Mettre  en  place  des  actions  correctives  pour  traiter  les lésions et prévenir leur réapparition.

En cas de lésions

Si la lésion se situe sur la face interne des cuisses, cela signifie que les élastiques sont trop tendus. Il faut les repositionner aux plis de l’aine

En cas de rougeurs ou phlyctènes

Si elles proviennent des élastiques ? Utilisez un slip filet plus large

Il y a des éruptions à la taille ? Evitez de retourner le change contre votre peau

Pour faire face aux rougeurs,  lésions ou phlyctène nous vous conseillons de :

  • Multiplier les soins d’hygiène
  • Faire attention à la durée de pose du change
  • Ne pas mettre de produit ou un autre change entre la peau et le change en place
  • Revoir la mise en place du godet.

En cas de fuites

  • Revoir le positionnement du change
  • Les élastiques sont mal ajustés
  • Le change est trop grand / le change est trop petit
  • Revoir le positionnement du change

Besoin de conseils ?

Si vous avez besoin de conseil, n’hésitez pas à consulter notre blog Bastide Conseil ou contacter notre service client disponible du lundi au vendredi de 9h à 12h et de 14h à 18h au 09 69 326 623.

 Je découvre les conseils incontinence

CALENDRIER MICTIONNEL

 

Nom :                                                                  Prénom :

Date du jour 1 :

Jour 1

Jour 2

Jour 3

HORAIRE

VOLUME

EVENEMENT

HORAIRE

VOLUME

EVENEMENT

HORAIRE

VOLUME

EVENEMENT

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

TOTAL :

RECOMMANDATIONS D’UTILISATION :

Veuillez noter de jour comme de nuit, l’heure à laquelle vous urinez, le volume de la miction mesuré à l’aide d’un verre doseur et les circonstances de la miction.

Inscrivez dans la case évènement les circonstances de survenue de la miction (P = précaution, I = impériosité, D = dysurie ou miction difficile etc).

Vous pouvez noter dans la case volume la survenue des fuites, leur importance (+,++ ou +++), suivi , dans la case évènement des circonstances de survenue des fuites (T = toux, M = marche, I = impériosités, Ins = insensible, etc).

Notez le nombre de protections utilisées chaque jour.

Les éléments de ce catalogue mictionnel sont primordiaux pour la prise en charge de votre pathologie. Veuillez le remplir dans des circonstances représentatives de votre vie courante, de façon complète pendant 2 ou 3 jours.